Verrine

Verrine

 Verrine, #tendance ou #classique ?

 

Véritable incontournable des diners mondains, la verrine se décline à l’infini. Salée ou sucrée, son organisation esthétique, pensée comme un subtil équilibre de saveur, ravit tout aussi bien les papilles que nos pupilles. Mais alors même qu’elle continue de s’imposer dans nos meilleurs moments : mariages, anniversaire, pots de départs et même les repas de famille les plus conviviaux qui soit, l’heure est venue de lancer le débat :

 

Pour vous, la verrine est-elle restée #tendance ou bien est-elle devenue #classique ?

 

L’histoire d’un objet révolutionnaire

 

On doit cette merveilleuse idée à Philippe Conticini. C’est bien lui, qui, le premier, a décidé d’organiser la présentation des plats dans une logique de verticalité. Le but recherché, bien qu’essentiellement esthétique a également permis de complexifier l’équilibre des saveurs. Traditionnellement, les verrines s’organisent de la manière qui suit :

La couche du dessous est destinée à rester soyeuse en bouche. C’est la couche de la douceur ainsi que de la rondeur. Celle du milieu cherche à porter le goût le plus affirmé de la verrine. Enfin la couche supérieure conserve un caractère acidulée et stimulant pour les papilles. Nous ne vous apprendrons rien en disant qu’il est nécessaire de déguster les trois couches simultanément pour prendre la mesure d’une verrine réalisée dans les règles de l’art. Pour les amateurs, cette sensation est similaire à une décharge de bonheur, livrée à notre palais. A travers son alternance de goûts, de textures mais aussi de nuances, la verrine permet des extravagances culinaires heureuses.

 Une innovation qui s’est banalisée ?

Oui mais, voilà, qu’on se le dise, les verrines ont connu un tel succès qu’elles ont fini par envahir vos repas de famille avec cette tournure classique « Comme je ne savais pas quoi faire, j’ai apporté des petites verrines pour changer un peu ». Ne niez pas, vous l’avez tous vécu. La question réside dans le fait de savoir si cet objet tend à devenir davantage un classique. Les verrines transparentes en plastiques appartiennent autant aux réceptions que les robes de cocktail. Bien qu’en constante recherche d’originalité, les chefs sont souvent contraints par la disposition propre des verrines. L’aspect verticale de ce petit objet, ainsi que sa contenance limitée empêche bien souvent de donner l’ampleur voulue à leurs plats. Finalement, en dépit de certains goûts se distinguant par leur extrême puissance ou originalité, on revient souvent au classique « verrine au deux saumons sur lit d’avocat ».

 Une verrine qui a pourtant de beaux jours devant elle

Et pour ceux qui voulaient ranger les verrines au rayon des objets dépassés, ne vous précipitez pas. En effet, comme chaque objet qui fut une révolution, le verrine a su se réinventer. Avec les évolutions de la mode, les courbes des verrines se sont épurées, les arrêtes carrées de ces dernières se sont arrondies encore et les rondeurs de la forme sont venues sublimer la transparence du verre. L’incontournable verrine Bodega, dont les lignes épurées séduisent toujours plus de professionnels de la restauration, témoigne de la capacité pour les concepteurs de verrines à innover. L’avantage de ce petit objet surpuissant réside dans le fait qu’il se décline à l’infini. Il existe à travers le monde, autant de verrines, de contenances et de formes que vous souhaitez. Des verrines en PS à l’instar de la verrine « Pia » offrent l’exemple le plus parlant du caractère intemporel de ce joli objet de présentation.

 

Bien que nous espérons avoir répondu à quelques interrogations, la parole vous revient. Selon vous, la verrine est-elle #tendance ou #classique ?